L'Espace vidéos...
Mots & Pensées...
Calendrier
Image aléatoire
Galerie
Nous contacter
 

Une idée de cadeau !!!




Librairie Arthème Fayard – Imprimerie nationale
En librairie
572 p ages
75 euros
Format IN QUARTO : 31 x 23 cm

www.academie-francaise.fr



La confection d'un dictionnaire est une marche de longue haleine où chaque pas rencontre une embûche, une rigole, un caillou. La langue comme la mer, toujours recommencée... »

Le premier volume de la neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie française - de « A » à « Enzyme » - parut à la fin de 1992, à la veille du troisième centenaire de la première édition. Le deuxième volume - de « Eocène » à « Mappemonde » - parut en 2000. Les trois cinquièmes du vocabulaire français d'usage général étaient présentés.
Voici l'avant-dernier volume - de « Maquereau » à « Quotité ».
Si la méfiance des académiciens vis-à-vis des modes éphémères et des néologismes disgracieux s'est accrue, ils ont accueilli en nombre les termes des sciences et des techniques, pour peu qu'ils traduisent des notions accessibles à l'homme cultivé.
Il y a les nouveautés et il y a les permanences. Le vocabulaire peut se modifier ; la syntaxe pas, parce qu'elle est l'armature de l'expression de la pensée. Par la variété des exemples de construction des phrases, et par l'accent mis sur la richesse sémantique des termes, le lecteur pourra également connaître, grâce à ce Dictionnaire, les lois essentielles de la grammaire.

Maurice Druon avait écrit que l'Académie française ne refusait jamais la modernité mais ce qui pouvait menacer la pérennité de la langue. Un combat donc pour restituer la richesse du français et son évolution, y compris dans son rapport à la féminisation de certains mots.


Les différentes éditions du Dictionnaire de l'Académie Française :
Première édition 1694
Deuxième édition 1718
Troisième édition 1740
Quatrième édition 1762
Cinquième édition 1798
Sixième édition 1835
Septième édition 1878
Huitième édition 1932 – 1935
Neuvième édition 1992 – tome
2000 – tome II et réédition du tome I
2011 – tome III

La publication du tome III du Dictionnaire de l’Académie française témoigne de la continuité de l’entreprise qui a vu le jour en 1986, et qui a été marquée par les publications du tome I en 1992 et du tome II en 2000. Avec la publication de ce tome, on peut considérer qu’un peu plus des deux tiers du vocabulaire d’usage courant a maintenant été traité… Les moyens informatiques dont nous disposons nous permettent aujourd’hui d’assurer une cohérence encore plus stricte entre les tomes, de veiller à la précision de notre système de renvoi d’un terme à un autre. Les principes généraux de rédaction, les méthodes sont restés néanmoins les mêmes au fur et à mesure des années et de l’avancement des travaux de la Compagnie.

La neuvième édition a connu un formidable accroissement du vocabulaire lié au développement des sciences et des techniques, aux changements et aux évolutions des mœurs et des modes de relation et de communication. Elle reflète ainsi l’adaptation de la langue à l’évolution de nos sociétés : par exemple, la place du vocabulaire de la cuisine et des sports a nettement augmenté.

L’introduction des termes nouveaux issus du vocabulaire spécialisé se fait néanmoins toujours selon la même règle, mise en place dès le commencement de l’entreprise : figurent dans le Dictionnaire de l’Académie française les termes passés dans l’usage courant et appartenant à la langue commune. L'Académie s’attache en effet à défendre cette notion de langue commune, cette unité linguistique – référence dont le besoin se fait sentir au moment même où les lexiques et registres spécialisés, les jargons, par trop nombreux, menacent sa permanence.

Ainsi, si l’Académie française a su s’aventurer avec succès où elle n’était pas attendue, jusque sur les terrains ardus de la génétique, de la biochimie, de l’informatique, de la pétrochimie ou encore de la physique nucléaire, la recherche de cohérence dans la nomenclature scientifique du Dictionnaire, l’exigence de clarté et de lisibilité des définitions, la volonté d’être compris de l’honnête homme du XXIe siècle sont restées au premier rang de ses préoccupations (et sans doute sont-ce là les raisons mêmes de ce succès). Il suffit, pour s’en rendre compte, de lire les définitions de termes comme Quark ou Quantique : les notions auxquelles correspondent ces termes souvent entendus sont d’une grande technicité et il s’agit de les faire comprendre sans formule mathématique, sans schéma, et en une phrase parfaitement limpide et intelligible pour les non-spécialistes.

L’ouverture aux lexiques scientifiques modernes ne s’est évidemment pas faite aux dépens des domaines traditionnellement privilégiés par la Compagnie qui restent largement représentés, soit qu’il relèvent de ce que l’on a appelé les humanités comme l’antiquité grecque et latine, la mythologie, l’histoire, la musique, la littérature, soit qu’ils aient fourni un riche vocabulaire à notre langue tels que l’équitation ou la marine.

Si le Dictionnaire sait se montrer accueillant envers les termes nouveaux et aussi envers certains termes étrangers, pour peu qu’ils correspondent à un besoin réel, qu’ils soient bien ancrés dans l’usage et qu’il n’existe pas déjà un terme français rendant compte de la même réalité, il reste le garant de l’usage, que la Compagnie a reçu pour mission de guider et de rendre plus sûr. Pour cela, le troisième tome, comme les deux précédents, se donne à lire comme une « grammaire en acte » : les règles syntaxiques et grammaticales, les constructions justes et les accords corrects sont mis en évidence à travers les exemples nombreux et variés qui sont proposés dans chacun des articles. Le soin porté au traitement des mots grammaticaux, et la lettre Q en compte un certain nombre, est resté le même. Enfin, la présence de remarques normatives, qui constituent une nouveauté de cette neuvième édition, souligne cette attention sans cesse renouvelée portée aubon usage de notre langue. Ces remarques visent bien entendu moins à proscrire et condamner qu’à montrer et expliquer le bon usage. L’attention accordée aux niveaux de langue (familier, populaire, vulgaire, trivial, argotique) ressortit à cette même volonté pédagogique qui a également présidé à l’élaboration d’une nouvelle rubrique sur le site de l’Académie française intitulée « Dire, Ne pas dire », où les Académiciens donnent chaque mois leur sentiment sur les fautes, les ridicules et les tics de langage les plus fréquemment observés dans le français contemporain.

Le souci de continuité, de cohérence, d’atemporalité et de préservation d’une continuité historique entre les éditions, mais aussi entre les différents tomes de cette dernière édition, a toujours guidé la Compagnie dans ses travaux. Il n’exclut cependant pas une attention particulière portée à l’actualité dans ce qu’elle a d’éminemment historique : l’attentat du 11 septembre 2001 est ainsi évoqué à l’article Onze, le quartet pour le Proche-Orient à l’article Quartet. Au moment même où paraît ce troisième volume, les travaux de la Compagnie, qui portent maintenant sur la matière du quatrième et dernier tome, se poursuivent sans relâche. Ils seront publiés, au fur et à mesure de leur avancement, sous forme de fascicules au Journal Officiel puis, comme cela se fait depuis 2001, ils seront mis en ligne sur l’internet. Ainsi, les premiers mots du quatrième tome seront-ils prochainement accessibles sur notre site.


www.academie-francaise.fr





La rédaction Le: 05/12/11
L'adulte surdoué - Apprendre a faire simple quand on est compliqué "The Must"